9 Décembre 2019
18 h 15
Entrée libre

Entre regnum et imperium : quelles relations entre la France et l'Allemagne au Moyen-Age (1200-1500) ?

Institut français Bonn
9 Décembre 2019
18 h 15
Entrée libre

Prof. Dr. Pierre Monnet (Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales, Frankfurt a.M.) - en français

Pierre Monnet est directeur d'études à l'EHESS, adjunct professor à l'université Goethe de Francfort-sur-le-Main et directeur de l'Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales (IFRA-SHS) de Francfort. Ses recherches portent sur les sociétés urbaines de la fin du Moyen Age, sur les systèmes politiques en France, en Bohême et dans l'Empire aux XIVe et XVe siècles, sur l'historiographie franco-allemande de la période pré-moderne. Parmi ses principales publications : Villes d'Allemagne, Paris, 2004 ; (avec Jean-Claude Schmitt), Autobiographies souveraines, Paris, 2012 ; 1414-2014 : le Concile de Constance, un regard franco-allemand, Rome, 2016 ;  Bouvines 1214-2014. Histoire et mémoire d’une bataille/Eine Schlacht zwischen Geschichte und Erinnerung. Approches et comparaisons franco-allemandes/Deutsch-französische Ansätze und Vergleiche, Bochum, 2016 ;  L'usage des temporalités dans les sciences sociales et humaines, Bochum, 2019. 

Il est également co-éditeur du volume collectif "Europa. Notre histoire" paru en 2018. Sa biographie de l'empereur Charles IV paraîtra chez Fayard en janvier 2020.

La conférence

La conférence partira de la célèbre visite rendue par Charles IV, empereur et roi de Bohême (1316-1378) en 1378 à son neveu le roi de France Charles V (1338-1380)  à Paris. Entre les deux souverains fut alors réaffirmé le principe d'un respect mutuel de la neutralité et de l'intégrité de chaque royaume déjà acté dans un échange de lettres en date de 1356. Cette position confirmée dans la seconde moitié du XIVe siècle reflète et traduit le respect d'une forme d'échanges entre les deux ensembles marqués par une reconnaissance, un intérêt mais aussi une certaine indifférence. Les trois siècles finaux du Moyen Age ne sont pas un temps de compétition, d'agression, de conquête ou d'influence entre le royaume de France et le Saint Empire, mais de perception réciproque, de relations pour partie institutionalisées, d'entremêlement des cours, parfois des cultures, de respect des lignes rouges tracées par chaque communauté politique : que l'Empire ne se mêle pas de la grande et séculaire querelle franco-anglaise, que le royaume de France ne tente pas d'intervenir dans le jeu électoral du roi des Romains. A ces conditions, les circulations purent se produire sans grande difficulté, notamment en matière architecturale et intellectuelle, et pour partie linguistique, plus encore qu'économique, territoriale ou démographique. C'est donc une certaine stabilité dans la reconnaissance qui sera ici retracée, sans commune mesure avec la pression qu'exercera le royaume envers l'Empire après le XVIe siècle et sans comparaison avec les conflits durs et meurtriers des XIXe et XXe siècles : une sorte de coopération sans traité ni animosité.

Dans le cadre du cycle de conférences "Deutschland und Frankreich im europäischen Kontext. Interdisziplinäre Perspektiven und kritische Zugänge" qui est organisé par la Romanistique et l'Institut français à l'université de Bonn dans le cadre de la fondation du Centre Ernst Robert Curtius à l'université de Bonn.

Vous aimerez aussi

Lundi 02 sep 2019 - 14:00 - Vendredi 07 fév 2020 - 12:00
Lundi 20 jan 2020 - 18:15
Mercredi 22 jan 2020 - 18:00